En numéro 2 : On fait le plein d’omégas 3 : des atouts pour le cœur et le cerveau.

Parce que chez A L’OLIVIER nous pensons que la qualité de ce que nous mangeons est essentielle, nous avons décidé de vous faire partager cet article plein de bon sens du magazine « Sciences et Avenir » sur Les aliments qui protègent vraiment.

« Que manger pour être en bonne santé ? » est une question cruciale de notre époque, où cancer, maladies cardio-vasculaire et obésité font notre quotidien. Mais comment y voir plus clair quand nous sommes confrontés au chahut des slogans de l’agroalimentaire ? Retrouvez les conclusions de 12 études scientifiques pour vous aider à faire le point chaque semaine avec A L’OLIVIER :

En numéro 2 : On fait le plein d’omégas 3 : des atouts pour le cœur et le cerveau.

Riches en omégas 3 ou en fibres solubles, ces aliments favorisent la fluidité du sang et le développement cérébral tout en régulant l’appétit.

On fonce donc sur les poissons gras, les rois des omégas 3. Ils possèdent des acides gras essentiels, car indispensables à notre organisme, qui ne peut les fabriquer lui-même. Les omégas 3 jouent un rôle essentiel dans le développement et le fonctionnement du cerveau en participant à la structure des terminaisons nerveuses et des membranes des neurones. Ils contribuent à sa bonne irrigation sanguine et améliore la fluidité du sang et l’élasticité des vaisseaux sanguins (ce qui limite le risque d’infarctus et d’accident vasculaire cérébral). On favorise donc le saumon frais, le saumon en conserve, les sardines en boite et on alterne avec des poissons blancs, moins gras mais riches en protéines, vitamine B, sélénium et iode indispensables au bon fonctionnement de l’activité cérébrale. On les consomme 2 fois par semaine.

Attention au type de cuisson, les poissons en friture, salés ou séchés perdent leur effet protecteur. Soyez également vigilant aux poissons carnivores d’eau douce qui accumulent des contaminants chimiques comme le méthylmercure, très toxique. Vous trouverez la liste complète des poissons à éviter sur le site de l’Anses : www.anses.fr.

Pensez également aux céréales, véritable source de fibre et d’énergie. Elles modèrent l’appétit et abaissent le taux de mauvais cholestérol, en particulier les légumineuses (lentilles, pois chiches…). Privilégiez les céréales complètent et bio, (riz brun, son de blé, pain et pâtes complets…) qui contiennent plus de fibres, font monter plus lentement la glycémie et rassasient plus durablement. On évite les céréales raffinées (pain blanc, riz blanc, pâte au blé tendre) qui sont des calories vides sans intérêt nutritionnel.

Les fruits secs sont aussi une source intéressante d’oméga 3, de fibres, de glucides, de vitamines et de minéraux, mais sont à consommer avec modération en raison de leur forte densité calorique. Six belles noix (30g) ou deux cuillères à soupe d’huile de noix couvrent les besoins quotidiens en omégas 3. Pensez donc à manger une poignée d’amandes, de noix, de pruneaux, ou de fruits secs au goûter ou après le sport pour faciliter la récupération et assaisonner vos salades d’huile de noix, de lin, ou de colza vierge.

Attention, ces composés ne sont pas adaptés à la cuisson, on les privilégie donc crus !